Dans un premier article sur ce voyage, je vous avais présenté l'épisode du Téraï et du Parc national Royal Chitwan.

Voir l'article sur mon ancien blog: http://montagnesdepierre.over-blog.com/article-voyage-au-nepal-automne-2012-1ere-partie-le-terai-114475315.html

Dans ce nouveau paragraphe, je vais vous décrire le trek réalisé sur « Les Balcons de l'Annapurna »

Nous voilà donc arrivés à Pokhara.

Pokhara, troisième ville népalaise par sa population, capitale touristique de l'ouest, se présente un peu comme Grenoble en France, au pied des montagnes. En effet, le Dhaulagiri, la chaîne des Annapurnas et celle du Manaslu, sommets qui culminent tous à plus de 8 000 m d'altitude, sont visibles depuis la ville ou les faubourgs.

 

P1070749

 

A l'ouest de la ville, le Lac Phewa attire nombre de visiteurs, partant sur des barques vers le temple World Peace Stupa qui domine le lac sur la rive opposée.

Rien de bien intéressant à Pokhara, sinon les encombrements, la pollution, les nombreuses boutiques « à touristes », beaucoup de magasins vendant des articles pour la montagne, enfin, des « copies » d'articles... !

De bonne heure le lendemain, un bus nous emmène à Kande, où nous rencontrons l'équipe d'accompagnement, composée de notre « sirdar », de deux assistants et cinq porteurs.

Les charges sont réparties entre les porteurs, pas plus de 30 kilos chacun, et nous voilà partis pour huit jours de randonnées.

Aussitôt nous faisons connaissance avec ce qui va être notre quotidien pendant tout ce trek : les « marches népalaises » : des larges, des étroites, des hautes, des moins hautes... ! Les genoux vont souffrir.

Le belvédère, au Camp des Australiens nous permet d'admirer notre premier panorama : gros plan sur la chaîne des Annapurnas et le Machapuchare !

 

P1070764

 

Puis nous suivons un chemin en balcon, tantôt montant, tantôt descendant, traversant des hameaux (ou villages) au milieu d'un paysage bucolique à souhait. Des cultures partout, des terrasses très bien entretenues, la moindre parcelle est cultivée.... !

Nous avions déjà vu des paysages similaires dans les montagnes du Haut Tonkin, au Viet-Nam... !

Dans le fond de la vallée, profonde, la rivière Modi Khola charrie les eaux des glaciers de l'Annapurna.

Nous arrivons au lodge de Tolka en fin d'après-midi. Nous sommes accueillis avec un thé et des gâteaux. Ce cérémonial se répétera tout au long de notre voyage.

Sur le soir, nous assistons à notre premier coucher de soleil flamboyant sur l'Annapurna.

 

P1070990

 

A la fin du repas, en guise de digestif, Hari nous offre de l'alcool de millet. Les porteurs nous font une démonstration de danses locales.

Le lendemain notre objectif sera Ghandruk, mais auparavant, il nous faudra descendre tout au fond de la vallée de la Modi Khola, 700 mètres plus bas et remonter presque autant !

Toujours des rizières, des champs de millet, sur des terrasses parfaitement entretenues.

Arrivés au gîte et après le cérémonial du thé, nous partons pour une petite visite du village.

Comme dans les autres villages, les habitants sont agriculteurs et tous s'affairent dans les champs.

Avant de rentrer au gîte nous faisons un détour par le temple bouddhiste, où nous n'oublions pas de tourner les moulins à prière pour attirer l'attention du Bouddha sur nous et lui envoyer des prières.

Troisième jour de trek, nous continuons notre chemin qui va nous emmener à Tadapani, notre étape du soir, et là encore, des champs en terrasses, les paysans en plein travail et toujours les Annapurnas et le Machapuchare dans les objectifs de nos appareils.

A Tadapani notre lodge se situe face aux Annapurnas, et le soir de nouveau nous assistons à l'embrasement de la montagne.

Nouveau jour de trek, nous continuons de monter pour passer un col à 3180m, le Déoralipass, non loin de Ban Thanti ou nous déjeunerons. Mais auparavant il nous aura fallu descendre dans une gorge impressionnante et remonter tout un vallon envahi par la végétation, où les singes « langurs » ont élus domicile.

Juste après le col, nous voilà face au Dhaulagiri, citadelle à 8172m, plus impressionnant que les Annapurnas car le fond de vallée à ses pieds se situe  plus de 6000m plus bas !

 

P1070854

 

Un magnifique belvédère au dessus de Ghorépani, notre quatrième étape, permet d'admirer tout à la fois Dhaulagiri, Annapurnas et Machapuchare. Les appareils photos crépitent et flashent à tout va !

Nous arrivons donc à Ghorépani par une magnifique descente face au Dhaulagiri. Ce village à 2860m d'altitude se situe sur un col très fréquenté car c'est par là que passe l'itinéraire du « Tour des Annapurnas », trek d'envergure qui franchit un col au nord du massif, le Thorung La Pass à 5416m. Autant dire qu'il y a de l'animation dans les ruelles et dans les lodges.

Je passe la séance photo « coucher de soleil sur.... » pour arriver de suite au lendemain, à un horaire très matinal, 4h00, (je vous avais bien dit très matinal...!) car nous devons grimper jusqu'au sommet de Poon Hill à 3210m pour assister au lever de soleil. Et tous les trekkeurs en transit à Ghorépani sont là eux aussi... ! Pas loin de 300 personnes en attente dans le froid.... !

 

P1070882

 

Bon, je ne vous cache pas que ça valait quand même le coup de monter, et par ailleurs on sacrifie à ce rite partout dans le monde : Au Piton des Neiges à La Réunion, sur le volcan Teide sur l'île de Tenerife aux Canaries, en Bolivie, au Honeck,.... ! C'est peu dire... !

Voilà. Le soleil est levé, on se dépêche de repartir avant la cohue car le petit déjeuner nous attend !

Ensuite nous entamons la partie peut-être la plus éprouvante du trek, la descente vers Tikhedungga. Éprouvante car cela représente 1700m de dénivelé négative, sur un chemin en escaliers sur plus des trois quart du trajet ! Aie aie aie les genoux... !

Heureusement une grand pause repas à Banthanti nous a permis de récupérer un peu.

Nous retrouvons les cultures que nous avions un peu abandonnées ce dernier jour, et de nombreux arbres sont encore fleuris.

L'arrivée au village est précédée par le franchissement d'un pont népalais au dessus d'un torrent en furie.

Le village est envahi de chinois ou japonais qui font un cirque pas possible... !

Belle journée que celle de cette sixième étape, car nous allons nous balader dans les champs. Nous effectuons une grande boucle au dessus de Tikhedungga en passant par les villages de Sabet et Sarkyum avant de rejoindre Birethanti.

 

P1070935

 

C'est la pleine saison des moissons et tous les agriculteurs sont dans les champs : faucheurs, moissonneurs, batteurs, laboureurs, tous s'activent dans leurs spécialités.

Nous rejoignons ensuite une piste en construction, un progrès immense pour les habitants de la vallée, qui voient ainsi leurs villages désenclavés et ouverts, mais gare aux effets négatifs que cela peut engendrer.

Jusqu'alors, la piste « carrossable » s’arrêtait à Birethanti,  notre étape du jour où nous arrivons en fin d'après-midi.

Et là, tout de suite, nous pouvons observer les effets négatifs mentionnés plus haut et provoqués par l'arrivée de la route : encombrements dans la seule rue du village, poussière, pollution provoquée par le passage incessant de 4X4 aux moteurs mal réglés , pétarades,... et afflux de touristes … !

Birethanti, traversé par la rivière Modi Khola, est le point de départ du trek vers le Camp de base de l'Annapurna et de ce fait on y rencontre de nombreux groupes de trekkeurs.

 

P1070956

 

Le lendemain matin nous rejoignons  Nayapul et la « route nationale ». Un bus local nous attend et nous emmène jusque Naudanda à environ une heure de route.

Une magnifique piste en balcon sur la vallée nous conduit jusqu'au belvédère de Sarangkot, station touristique au dessus de Pokhara et du Lac Phewa.

Un dernier coucher de soleil sur le massif de l'Annapurna et le Machapuchare,

P1070997

une soirée d'adieu pour notre équipe d'accompagnement, sirdar, sherpas et porteurs, il ne nous reste plus qu'à « dégringoler » jusque Pokhara. Sarangkot est un site réputé pour le vol libre et nous sommes survolés par une multitude de parapentes, delta-planes et même des aigles qui se joignent à eux. Une fille de notre groupe d’ailleurs à choisi la voie des airs pour rejoindre Pokhara et mettra moins de temps que nous pour descendre les six cents mètres de dénivelé négatif.

Un temps libre dans les rues grouillantes de la ville en attendant l'heure du déjeuner et le transfert à l'aéroport.

Voilà, ce deuxième épisode de notre voyage se termine par un vol jusque Katmandou avec la compagnie « Yéti Airlines » !

P1080011

 

Nous resterons deux jours dans cette mégalopole hyper encombrée et polluée, où nous visiterons les sites majeurs : Bhaktapur, l'ancienne cité impériale, Pashupatinath, lieu des crémations rituelles, Bodnath et sa stupa géante, et d'autres quartiers tout aussi grouillants d'une populace d'autochtones et de touristes.

La dernière soirée se passera dans un restaurant « typique » avec spectacle et musique traditionnels, ..... oui, bon, fallait voir...., bof.... !

Demain, envol pour Lukla et le Khumbu, mais cela fera l'objet d'un troisième récit.... !